Carnet de route – 30 juin

La journée commence à 8h20.

Après 5 minutes, à 8h25, premier risque d’accident sur Pie-IX, une mini -van trop pressée tente de tourner sans attendre que je passe, mais je m’impose.

Après 10 minutes, à 8h35, je finis ma première boucle de réchauffement au parc Maisonneuve. Un homme décédé est recouvert d’une toile jaune avec ambulance et policiers tout autour. À mon deuxième passage, il ne reste qu’un policier et un photographe pour photos d’enquête, j’imagine. Mes 2 Mpx de mon nouveau cellulaire m’ont permis de vous montrer la scène.

Policier et photographe de scène de crime

Policier et photographe de scène de crime

Après 20 minutes, je croise un corbillard, dont le chauffeur me laisse passer. Ce n’est pas grand chose, mais reste que la mort se tenait un peu trop proche.

Après une quarantaine de minutes, 2e accident potentiel: un homme tourne sur la rouge, me coupant à quelque pieds de ma roue. Je le ratrappe sur Papineau; pas difficile, la lumière était rouge, comme dans bien des cas, ce qui fait que sa manœuvre illégale et dangereuse ne lui a rien rapporté tout en mettant ma vie en danger. Je lui donne une bonne tape sur le toit de l’auto, il s’en souviendra peut-être et (encore peut-être, y réfléchira-t-il) la prochaine fois.

Plus tard, vers la fin du trajet, je roulais sur l’île Ste-Hélène, sur la route qui longe l’île du côté sud. La limite, clairement annoncée, est de 30 km/h. Je roulais à 35 et, habitué de m’y faire dépasser dangereusement, je roule quasiment au milieu de ma voie, obligeant les autos à être plus prudents lors des dépassements. Évidemment, 35, c’est trop lent pour quelqu’un dans un parc, alors celui-ci klaxonne à tue-tête et me dépasse en gesticulant, outré d’avoir été ralenti dans sa course folle. Je ne suis pas du genre à me laisser piler dessus comme ça, alors encore une fois j’accélère. Cette fois-ci, j’ai dû pousser la machine un peu plus que pour le premier «rattrapage». J’ai atteint les 60 km/h. 60, dans une zone de 30. Mais bon, j’ai encore une fois rattrapé le fou (oui, je sais, dans ce cas-ci, c’est discutable à savoir qui est le vrai fou, mais je l’accepte pleinement!). Celui-ci sera dû pour une bonne frousse aussi, car une paume en plein capot, ça résonne. Il n’a pas appris sa leçon par contre: il m’a redépassé après, mais sans klaxonner au moins, cette-fois ci. 🙂

Advertisements
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :